Un produit durable peut-il investir dans certains actifs controversés ?

Tous les spécialistes s'accordent à dire qu’un produit qualifié de « durable » ne peut jamais servir à financer certaines activités. Pour un certain nombre d’autres activités, la situation est beaucoup moins évidente. Songeons notamment à cet égard aux projets nucléaires, à l’exploitation du gaz de schiste, aux produits du tabac et de l’alcool, aux entreprises qui procèdent à des tests sur animaux, au commerce de la fourrure, à la culture d’organismes génétiquement modifiés, à la production d’huile de palme ou à certains investissements dans certains régimes/pays, etc. Ces activités font l’objet d’un débat sociétal, avec leurs partisans et leurs détracteurs. C’est pourquoi nous disons que ces activités sont « controversées ».

La production d’électricité à partir de l’énergie nucléaire comporte par exemple un danger de contamination radioactive, mais il s’agit aussi d’un mode de production d’énergie qui offre un bon rapport coût-efficacité et qui génère moins d’émissions de CO2 que les combustibles fossiles. De plus, les isotopes (un sous-produit de l’énergie nucléaire) peuvent être utilisés dans le cadre de traitements médicaux.

Étant donné que Febelfin estime qu'elle n’est pas en mesure d’imposer des vues dans ce débat, par définition, la recommandation portant sur les produits durables n’exclut pas les activités controversées. Par contre, il est demandé aux offreurs de communiquer clairement aux clients quelles activités ils considèrent comme acceptables ou non acceptables dans le cadre d’un financement par le biais de produits durables et quelle en est la raison. Cette communication se fait au moyen du tableau qui se trouve dans le passeport d'un produit financier durable. Le site internet de l’offreur ou du gestionnaire du produit donne des informations plus détaillées sur la politique adoptée en matière d’activités controversées.

Grâce à cette transparence, le client peut lui-même décider en connaissance de cause si le choix de l’offreur correspond à ses convictions personnelles.

La politique en matière d’activités controversées est un document évolutif qui peut être modifié par le gestionnaire de produit en fonction de l’actualité ou des demandes des clients.